Felix Mendelssohn, l’inventeur du passé   une proposition de l’Association Musica Chêne

Pourquoi Mendelssohn ?

Compositeur majeur du romantisme, Mendelssohn est un esprit empreint de la culture des Lumières, qui accomplit au cours d’une existence brève une quantité de choses phénoménale avec une rapidité et une virtuosité impressionnantes. Entre 12 et 14 ans, il compose de très belles symphonies pour orchestre à cordes ; à 20 ans, il fait redécouvrir au monde musical ébloui la passion selon Saint Matthieu de Bach qu’il dirige à Leipzig, 100 ans après sa création ; à 26 ans, il est le directeur musical du célèbre orchestre du Gewandhaus de Leipzig ; à 36 ans, deux ans avant sa mort, il compose six sonates pour orgue qui marquent une étape importante dans le répertoire pour cet instrument.

Mendelssohn est un touche-à-tout génial : excellent dessinateur et peintre, il joue le piano en virtuose, donnant également des concerts d’orgue qu’on sait brillants, réhaussés d’improvisations spectaculaires. Il écrit pour tous les genres et toutes les formations, et s’il n’a pas percé dans l’opéra, ses grandes œuvres chorales demeurent des piliers du répertoire.

Son œuvre s’inscrit dans une époque où l’Allemagne se remet des guerres napoléoniennes, où la censure est forte et les libertés individuelles limitées, encourageant les artistes au rêve, à l’évasion, notamment en réinventant le passé. On découvre l’archéologie, le néoclassicisme est à l’honneur en architecture. De grands débats esthétiques et philosophiques enflamment l’intelligentsia, bien loin de troubler l’ordre public, tandis que les luttes ouvrières grandissent dans l’ombre jusqu’aux révoltes de 1848.

Pourquoi l’intégrale de l’œuvre d’orgue et de chœur et orgue ?

Dans le répertoire d’orgue, on connaît bien Mendelssohn, mais souvent de manière partielle : les pièces éditées du vivant du compositeur, du moins certaines, jouissent d’une popularité évidente et justifiée. Mais de nombreux chefs-d’œuvre sont totalement méconnus. A cela s’ajoute l’intérêt d’une écoute globale, pour comprendre la richesse d’un style et la variété de l’écriture.

Quant à la musique chorale, elle compte un grand nombre d’opus très inspirés qui combinent les voix et l’accompagnement de l’orgue. Là encore, de superbes réussites sont fréquemment données en concert. Mais la qualité et l’inventivité de Mendelssohn dans son traitement des voix n’apparaît pleinement qu’en se plongeant dans les trésors moins connus, des joyaux ciselés qu’on s’étonne de ne pas voir plus souvent à l’affiche !

C’est ainsi qu’a germé l’idée de réunir les œuvres pour orgue et celles pour chœur et orgue en trois concerts, qui permettront de découvrir ce répertoire si varié, cette écriture brillante et riche en contrastes, en émotions, mariant la puissance de l’orgue et la beauté des voix.

Association Musica Chêne  —  Case postale 141, 1224 Chêne-Bougeries  —   concerts.chene@gmail.com  —  CCP 10-753135-2